PHOTOS

ASSOCIATION CULTURELLE

Programme de développement communautaire

QUI SON LES ROMS?



LES TSIGANES


Bohémiens, Roms, Gitans, Tsiganes, Sarrazins, Sintis, Manouches autant d'appellations utilisées sans que l'on en connaisse la signification éxacte .

Il est en effet difficile de s'y retrouver dans l'histoire complexe, la plus part du temps non écrite, de ces populations nomades dont on retrouve trace à partir du 13ème siècle en Iran, ils apparaissent au 14ème siècle en Europe.

Selon les thèses les plus courantes, ces populations nomades viendraient de l'Inde et leur langue serait proche de l'Hindoustani.

Leur itinéraire vers l'Europe passe soit par le Caucase, vers une vaste région qui sera la Roumanie, puis la Hongrie et les pays de l'Europe de l'Ouest. Par le sud ils passeront par l'Egypte, l'Afrique du nord et l'Espagne.

Actuellement, la langue Romanès est comprise et parlée par 90 % des Tsiganes du monde. Il n'existe aucun recenssement fiable de la population Tsigane malgrés une sédentarisation qui tend à se généraliser.

^



LES ROMS

Le peuple Rom désigne les Tsiganes établis en Europe de l'Est. Le terme Rom signifie homme dans la langue Romanès

Au nombre approximatif de huits millions répartis dans les Balkans, plus de trois millions d'entre eux habitent en Roumanie, soit plus de dix pour cent de la population.

Les changements géopolitiques survenus dans les pays de l'Est à la fin des années quatre-vingt ont accentué la crise économique, engendré la montée des nationalismes et fragilisé la situation des roms.

Les Roms le plus souvent artisans, commerçants ou musiciens, travaillaient à l'époque et pour la plus part d'entre eux dans des fermes de l'état.

A la chute du régime, ils furent les premiers touchés par le chômage et rejetés par la majorité des citoyens qui libéraient ainsi des rancœurs accumulées durant la période communiste.

Les Roms ont alors été sédentarisés de force en obtenant diverses aides des gouvernements qui au fil du temps sont devenues de plus en plus aléatoires, rendant leur situation préoccupante.

Les Roms ont vu leur histoire jalonnée d'épreuves et de persécutions.
Plus de 800 000 roms furent victimes des crimes commis par les Nazis. Par ailleurs, en Serbie comme en Roumanie, nombre d'entre eux furent esclaves jusqu'en 1850.

^


SITUATION ACTUELLE DES ROMS EN ROUMANIE

La situation actuelle des roms en Roumaie est préocupante puisque 40% d'entre eux vivent en dessous du seuil de pauvreté soit avec moins de 2,15€ par jour. Ce qui explique les vagues de migration que l'Europe de l'Ouest observe ces dernières années.

La santé physique des roms est bien plus mauvaise que le reste de la population dans une majorité de pays. L'espérance de vie des roms est de 15 ans de moins que la majorité de la population dans le centre et l'Est de l'Europe.

La pauvreté des roms en Roumanie est à multifacettes: Les roms sont souvent privés des ressources necessaires à des conditions de vie adequates, mais surtout ils n'ont pas acces à l'éducation, à certains postes de travail, aux services sanitaires et sociaux et aux canaux pour être actifs dans la société.

La population rom est sans cesse discriminé:
• violences physiques, morales,
•injustives juridiques,
•discrimination raciste de la part des autorités,
•crimes racistes impunis,
•discrimination pour l'acces aux services sociaux, comprenant la discrimination dans l'allocation des fonds publics municipaux pour la réalisation des infrastructures de base (eau, electricité, gaz...), •utilisation systématique de propos racistes par les média ce qui perpétue les stéreotypes et atitudes racistes,
•nombreux acces limités à une éducation normal pour les enfants roms, discrimination raciste dans les institutions scolaires

et la liste pourrait être encore longue!

^


HISTOIRE DES ROMS EN ROUMANIE

• 1370-1371, premier acte retrouvé dans le monastère de Vodita qui mentionne 40 familles roms esclaves offertes au Prince de Serbie.
1570, première atestation de vente d'esclaves musiciens.
•1761, dans un document retrouvé on etablissait le prix officiel des esclaves roms: 30 lei pour un adulte ou jeune bon pour le travail, 10 lei pour un enfant.
•1761, la même année dans l'empire de Hasburg fut donné l'interdiction du terme "Tsigane" remplacé par le nom "neubanater", l'ordre fut donné qu'ils reçoivent des terres.
•1763, par un ordre de l'empire d'Hasburg, les roms sont forcés d'adopter le costume de la communauté dans laquelle ils vivent.
•1766, Interdiction de vendre des enfants roms séparés de leurs parents.
•1781, en Transylvanie, les roms sont forcés à devenir fermier, et ne peuvent se déplacer qu'avec une autorisation sous peine de serieuses punitions.
•1781, le recensement des roms de Transylvanie montre qu'il y avait 12 686 familles dont 8598 familles sédentaires et 4088 nomades. De ces 12 686 familles 10947 étaient serfs et payaient des taxes à 26 "voivod".
•1783, abolition de l'esclavage en région Bucovine.
•1783, en Transylvanie sous le roi Josef II a été établie l'obligation de religion et d'education. L'ordre interdit que les enfants de differents sexes dorment ensemble. Les roms doivent adopter le language et les costumes des natifs de Transylvanie. L'ordre interdit aux roms de vivrent en forêt et l'obligation de devenir paysans est ordonnée. La commerce de cheveaux est interdit ainsi que la pratique de l'artisanat. Le nombre de musiciens est réduit, restant le privilège des plus pauvres, mais dans son ensemble la pratique est interdite.
•1784, quarante capitaines de révolte furent torturés.
•1785, l'interdiction du marriage mixte est renforcée.
•1789,en Transylvanie les roms sont acceptés dans les églises et dans les écoles
•1821, un "Taraf" (groupe de musiciens) est massacré
•1839, il est admi par la loi qu'un esclave se rachete lui même si son maitre le vend.
•1844, en Moldavie les esclaves de l'état sont émancipés à condition qu'ils abandonnent le nomadisme.
•1847, la rencontre des pays roumains vote la libération des esclaves des monastères et églises sans aucune compensation.
•1848, durant la révolution de 48 abolition de l'esclavage est ordonnée. Ordre qui sera annulé et provoquera la plus grande migration vers l'Europe de l'ouest et en particulier vers la France.
•1855, le parlement de Moldavie vote l'abolition de l'esclavage, et offrira une compensation aux maitres. Parmis eux 264 refusèrent.
•1856, loi de la libération de tous les esclaves de Roumanie.
•1908, dans une famille Calderach venant de Roumanie est née Papucha une des plus importante poete rom.
•1919, réunion nationale des roms de Transylvanie, Ibasfalu, Dumbraveni,Sibiu où ils demandent au gouvernement roumain l'égalité des droits.
•1933, premier congrès international Rom à Bucarest.
•1942-1944, massive déportation de Roms en Transnistria (le comité roumain pour les crimes de guerre reconnait la mort de 38000 Roms)
•1946, l'alliance électorale communiste proclame " les frères et soeurs Roms"
•1948, le bureau politique du comité central roumain ignore la reconnaissance d'une minorité rom.
•1950, le ministre des affaires etrangère Teoharie Georgescu lance le programme "rééducation des éléments hostiles" en imposant les travaux forcés aux communautés roms pour la construction du socialisme.
•1977-1983, programme du parti communiste pour l'intégration des tsiganes; 1. recenssement et sédentarisation des tsiganes; 2. offres d'emploi ; 3.construction d'habitations; 4.état de la santé et organisation d'une assistance social; 5.acces à la culture et à l'éducation. 6.problèmes d'organisation. En réalité aucune de ces mesures ne fut apliqué. En 1990 le ministre des affaires étrangères Mihai chitac annonce publiquement le fait qu'en 1977, le recensement faisait lieu de 1800000 roms (parmis eux 65000 étaient nomades: 5600 avec une activité à plein temps- 900 étant qualifié), et en 1983, on recenssait 2300000 roms en Roumanie.
•1982, Nicolae Georghe, un décident rom sociologue, sous le pseudonyme Alexandru Danciu
•1989, Dumitru Dinca, un rom Ursari (montreur d'ours) était à la tête du mouvement de révolte de Bucarest qui ouvrit la révolution de Décembre.

^

Association culturelle Nadara 17 piata Maresesti 43000 Tirgu Mures Roumanie e-mail: asso@nadara.org